FEBIAC : Les embouteillages augmentent. Les deux-roues motorisés sont trop peu exploités pour les déplacements domicile – lieu de travail

Un plus grand nombre de motos et de scooters dans le trafic se traduit par une circulation moins dense. C’est ce qu’affirme FEBIAC, la Fédération Belge de l’Automobile et du Cycle, compte tenu de la problématique des files toujours plus aiguë dans notre pays. Pourtant, le recours au deux-roues motorisé pour les déplacements domicile – lieu de travail reste toujours une exception.

« Il est étrange que les motos et les scooters ne soient pas plus utilisés pour les trajets domicile – lieu de travail, surtout lorsque l’on voit que le problème des embouteillages s’amplifie d’année en année. C’est d’autant plus étrange que les pouvoirs publics ont instauré ces dernières années un certain nombre de mesures positives pour les deux-roues motorisés », déclare Stijn Vancuyck, conseiller deux-roues motorisés de FEBIAC. Il plaide dès lors pour une utilisation plus intensive de la moto ou du scooter pour les déplacements quotidiens. Les motards et utilisateurs de scooters peuvent en effet dépasser les voitures dans les files à condition que celles-ci n’avancent pas plus vite que 50 km/h et que la différence de vitesse entre la file et le deux-roues motorisé ne dépasse pas 20 km/h.

Moins de kilomètres par moto

On a l’impression que le nombre de motos et de scooters a fortement augmenté dans le trafic, aujourd’hui très dense, entre le domicile et le lieu de travail. Mais les apparences sont parfois trompeuses, surtout lorsque l’on examine les chiffres. Par an, les usagers de la route effectuent dans notre pays un peu plus de 100 milliards de kilomètres avec 7,1 millions de véhicules (les chiffres les plus récents à cet égard sont ceux de 2015). Cette année-là, 5,6 millions de voitures ont parcouru 78 milliards de kilomètres. En 2015, près de 466.000 motos et scooters étaient immatriculés et ont parcouru au total 1,22 milliard de kilomètres. Ce qui représente à peine 2.600 km par an et par moto ou scooter. Le nombre de motos et scooters immatriculés augmente constamment, mais le nombre de kilomètres parcourus par moto ou scooter baisse au fil des ans. En 2000, les 278.000 motos et scooters immatriculés ont effectué 90 millions de kilomètres au total, soit une moyenne de 3.600 kilomètres par an. Quelques chiffres encore. Dans une étude menée en Wallonie (2013), à peine 8 % des personnes interrogées indiquaient utiliser la moto ou le cyclomoteur chaque jour, quelques jours par semaine ou quelques jours par an pour les déplacements quotidiens. Une enquête flamande (2015) a montré que 0,86 % des personnes interrogées utilisaient la moto quotidiennement pour les déplacements domicile – lieu de travail et 1,39 % le cyclomoteur ou le vélomoteur (sur la base du nombre moyen de déplacements par personne par jour).

Davantage de véhicules sur le réseau routier

Les rings de Bruxelles et d’Anvers sont, depuis quelques années déjà, saturés plusieurs heures par jour et l’été dernier (à un moment où, en principe, la circulation est moins dense en raison des vacances), de nombreux embouteillages se sont formés en journée. De plus, le centre d’Anvers était difficilement accessible à cause des travaux dans la zone De Leien (et ces travaux vont encore durer quelque temps). Outre les travaux routiers et les accidents, l’augmentation du nombre de véhicules et le statu quo relatif de la longueur des routes mesurée en kilomètres restent des causes importantes de files. La longueur du réseau autoroutier dans notre pays est passée, entre 2000 et 2010, de 1702 à 1763 km. Alors que sur la même période, le nombre de véhicules a grimpé de 5,7 à 6,7 millions. Aujourd’hui, on en dénombre 7,1 millions… Entre 2000 et 2010, le nombre de kilomètres parcourus a augmenté de 8 milliards. Autrement dit, un plus grand nombre de véhicules effectuent davantage de kilomètres sur le même réseau routier. Il est donc tout à fait logique d’arriver à une saturation. Sans parler des files et de la densité du trafic sur les routes régionales menant aux autoroutes. Le nombre d’heures passées dans un embouteillage (qualifiées aussi d’heures perdues) est important : 41,3 heures à Bruxelles par voiture par an, en d’autres termes une semaine entière de travail, soit 5 journées de 8 heures ! A Anvers, c’est 37 heures, soit encore 4,5 journées de 8 heures.

Deux-roues motorisés : plus rapides pour un impact écologique réduit

Se frayer un chemin dans la file avec une moto ou un scooter permet de gagner beaucoup de temps. Si une voiture peut rouler à 30 km/h dans un embouteillage, il lui faut 20 minutes pour parcourir 10 kilomètres. Une moto ou un scooter qui peut alors rouler à 50 km/h ne mettra que 12 minutes pour effectuer la même distance, soit un gain de 8 minutes. La moto et le scooter présentent encore d’autres avantages. Étant donné qu’ils remontent les files plus rapidement, l’impact environnemental dans le temps est également moindre (tant en ville qu’à l’extérieur). Et comme ils sont plus faciles à garer (le deux-roues motorisé est le seul véhicule motorisé qui peut effectuer un trajet de porte-à-porte), ils doivent moins « tourner » pour trouver une place et ont donc un impact moindre sur l’environnement.

L’expérience nous apprend que les entreprises prévoient de plus en plus de places de parking réservées aux motos et scooters. Mais celles-ci sont souvent vides. Qu’est-ce qui empêche les gens de prendre la moto ? Il y a entre autres la crainte de courir davantage de risques sur un deux-roues motorisé en cas d’accident. Certains trouvent également qu’il est difficile, pour quelqu’un qui exerce une fonction représentative, de se présenter en tenue de motard. Mais il y a aussi une question financière. Une partie des automobilistes dans la file possèdent une moto à la maison mais utilisent une voiture de société pour leurs déplacements domicile – lieu de travail. Le vélomoteur est privé et les kilomètres entre le domicile et le lieu de travail effectués avec celui-ci ne sont pas indemnisés par l’entreprise. Les pouvoirs publics ont déjà proposé un budget mobilité. Si ce dernier est instauré, un des obstacles empêchant de se rendre au travail à moto sera en tout cas levé, ce qui permettra de réduire la congestion routière. FEBIAC a indiqué à plusieurs reprises déjà – sur la base d’une étude – que si 10 % des automobilistes bloqués dans une file passaient aux deux-roues motorisés, la longueur des embouteillages serait réduite de 40 % et le nombre d’heures perdues baisserait.

Avantages financiers

1)      Les moteurs et les scooters jusqu’à 250 cc sont exemptés de la taxe de circulation annuelle.

2)      Les coûts des déplacements domicile – lieu de travail et des déplacements professionnels avec une moto sont 100 % déductibles de l’impôt des personnes physiques (achat moto et tenue, essence, entretien, assistance…)

3)      Les avantages fiscaux pour les voitures électriques sont très limités. Les 2, 3 et 4 roues électriques sont les seuls véhicules qui peuvent encore bénéficier d’une réduction d’impôt fédérale (de 15 % pour un vélomoteur sur la valeur d’achat avec un maximum de 3.010 €. De plus, une moto électrique est exemptée de la taxe de circulation annuelle et vous paierez le tarif de base de 61,50 € pour la TMC.

Articles liés

Baisse record du nombre d'accidents pour les deux-roues motorisés

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus

Lire la suite

Avec Start2Ride, FEBIAC met en avant les avantages de la moto et du scooter

Lire la suite

FEBIAC plaide pour des mesures en faveur des motos

Lire la suite

Plus de femmes en moto ou en scooter ? De bonnes raisons d’y croire !

Lire la suite

Légère reprise du marché de la moto et du scooter

Lire la suite

Articles les plus consultés

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (20571)

Lire la suite

KTM ANNONCE DES MOTOS D’ENDURO REVOLUTIONNAIRES : MOTEURS 2 TEMPS A INJECTION (2469)

Lire la suite

La sécurité à moto ou en scooter renforcée grâce aux évolutions technologiques (2143)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (1901)

Lire la suite

La moto et le scooter, solution aux problèmes de mobilité (1857)

Lire la suite

  • mbk
  • sym
  • bmw
  • derbi
  • peugeot
  • yamaha
  • tgb
  • cagiva
  • ducati
  • honda
  • victory
  • polaris
  • orcal
  • guzzi
  • turbho
  • tomos
  • triumph
  • harley-davidson
  • lml
  • aprilia
  • husqvarna
  • ligier
  • skyteam
  • can-am
  • vespa
  • indian-motorcycles
  • brixton
  • ksr-moto
  • piaggio
  • beta-motorcycles
  • suzuki
  • fb-mondial
  • boom-trikes
  • zero
  • royal-enfield
  • neco
  • gilera
  • kawasaki
  • mash
  • cfmoto