La moto et le scooter, solution aux problèmes de mobilité

Ce n’est un secret pour personne, la Belgique est confrontée à de gros problèmes de mobilité. « Les automobilistes belges ont passé en moyenne 21 heures dans les embouteillages en 2016. Pour les personnes devant circuler dans et autour de Bruxelles, ce chiffre monte à 41 heures. » constate le rapport annuel Traffic Scorecard de la société américaine Inrix, le premier fournisseur mondial de services d’info-trafic en temps réel. Les conséquences sont connues : stress pouvant mener au burn-out, pollution et dégradation de la qualité de l’air dans les villes, perte de compétitivité pour les entreprises. Face à ce bilan désastreux, de nombreuses alternatives sont mises en avant. Curieusement, la moto et le scooter manquent à l’appel et sont rarement présentés comme faisant partie de la solution. Le deux-roues motorisé, une solution aux problèmes de mobilité ?

 

  • A court terme : un gain de temps

Aujourd’hui, l’utilisation de la moto ou du scooter dans les déplacements domicile travail permet de gagner du temps, significativement.

C’est ce que tend à prouver un test en temps réel effectué en mars 2017 entre Herent (Louvain) et Woluwe-Saint-Lambert (Bruxelles) mettant en concurrence trois moyens de déplacement : voiture, transports publics et scooter. Le résultat est sans appel, le scooter arrive premier: 20 minutes de gagné sur la voiture et près d’une heure sur les transports publics. C’est aussi ce qui ressort d’une enquête menée par la FEBIAC auprès de 170 motards en mars 2017. Prendre la moto ou le scooter aura généré un gain de temps moyen de 19,5% par rapport à la voiture et de 57,5% par rapport aux transports en commun.

  • A moyen et long terme : la fin des files

Et si l’utilisation du deux-roues motorisé augmentait sensiblement ? Une étude menée par Transport & Mobility Leuven* démontre que si 10% des automobilistes remplaçaient leur voiture par un deux-roues motorisé aux heures de pointe, dans les endroits sensibles du réseau routier, les embouteillages reculeraient de 40%. Mieux encore : les files pourraient entièrement disparaître si 25% des navetteurs se mettaient à la moto ou au scooter. Gain de temps, circulation plus fluide, facilité de parking… Et si la moto et le scooter étaient enfin pris en compte parmi les réponses aux problèmes de mobilité que connaît notre pays ?

*Novembre 2011.

Articles les plus consultés

KTM ANNONCE DES MOTOS D’ENDURO REVOLUTIONNAIRES : MOTEURS 2 TEMPS A INJECTION (2318)

Lire la suite

La sécurité à moto ou en scooter renforcée grâce aux évolutions technologiques (1981)

Lire la suite

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (1858)

Lire la suite

KTM - Quatre nouveaux modèles dévoilés à l'EICMA (1384)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (1372)

Lire la suite

  • tomos
  • indian-motorcycles
  • gilera
  • cagiva
  • ducati
  • turbho
  • boom-trikes
  • husqvarna
  • sym
  • neco
  • brixton
  • razzo
  • aprilia
  • harley-davidson
  • mbk
  • mash
  • zero
  • ksr-moto
  • derbi
  • guzzi
  • beta-motorcycles
  • peugeot
  • ligier
  • vespa
  • lml
  • polaris
  • yamaha
  • tgb
  • bmw
  • royal-enfield
  • triumph
  • skyteam
  • victory
  • can-am
  • kawasaki
  • suzuki
  • honda
  • cfmoto
  • piaggio