Les Alpes du Sud, ou la nature à l’état pur

Soleil garanti 300 jours par an, si l’on en croit les prévisions. Que du bonheur, même si on n’est pas un grand adepte du cyclisme. Et une pureté omniprésente. Nous vous parlons bien sûr des Alpes du Sud, où les cols mythiques disputent la vedette aux sommets escarpés. La destination idéale pour les amateurs de virages. Nous nous sommes également baladés pendant une semaine à l’ombre de la frontière italienne, et il s’en est fallu de peu que nous piquions une tête en mer Méditerranée.   

Destination de premier ordre

À la verte Franche-Comté succède rapidement la blanche Savoie. Après une joyeuse ascension du col du Galibier pourtant à moitié enneigé (où notre Eddy national a un jour anéanti tous ses concurrents du Tour de France), nous atteignons enfin les Alpes du Sud. À deux pas de la frontière italienne, Briançon s’élève tel un douanier de pierre. Fortifiée par Vauban, la plus haute ville de France s’impose comme un détour touristique incontournable, été comme hiver.

De la deuxième ville la plus élevée d’Europe, nous mettons le cap sur le plus haut village d’Europe. Sachant qu’il faut d’abord passer le légendaire col d’Izoard, le trajet vers Saint-Véran paraît encore plus impressionnant. Dans un virage en épingle à cheveux, un photographe local nous immortalise aux côtés de cyclistes fonçant à vive allure… et d’autres profitant plutôt du paysage. Une animation digne d’un parc d’attractions, on ne s’attendait pas à cela dans les Alpes ! 

Les sommets du Queyras sous le soleil

Heureusement, le village montagnard de Saint-Véran a réussi à conserver son cachet authentique. De même que les autres villages des quatre vallées du parc naturel régional du Queyras. À une altitude moyenne de 2 000 mètres, ils captent « massivement » le soleil. Ce n’est dès lors pas un hasard si la « Maison du Soleil » est entièrement dédiée à l’astre de feu. Un coq picore les étoiles sur l’emblème du village, qui se retrouve régulièrement sur les nombreux cadrans solaires qui émaillent les rues.

Toujours en altitude, mais dans un décor moins aride, nous franchissons deux des passages alpins les plus élevés de France au guidon de notre Tiger. Au sommet du col Agnel, à cheval sur la frontière entre la France et l’Italie, de gros nuages se déversent sur nous, ce qui ne nous empêche pas de poser pour une photo avec un groupe d’Italiens en scooter. Le col de la Bonette n’a rien à envier au col Agnel en matière d’altitude et de conditions atmosphériques. Ici aussi, il n’est pas rare de croiser des touristes casqués. Le col se situe sur la Route des Grandes Alpes, un itinéraire emblématique qui relie le lac Léman à la mer Méditerranée.   

Le Mercantour, entre mer et montagne

Le col de la Bonette nous fait poser le pied dans le département des Alpes-Maritimes, dont la partie nord fait partie intégrante du parc national du Mercantour. Collines et lacs d’une pureté intacte alternent avec des villages haut perchés où la modernité ne semble pas avoir de prise. Il en va tout autrement de la station de ski du Valberg, où nous logeons dans un spacieux appartement au-dessus de l’office du tourisme. Il y fait toutefois particulièrement calme en été, même pendant un week-end sportif. Nous garons la moto sur le parking public, l’esprit tranquille.

Valberg ne s’avère pas seulement « the place to be » pour déguster une délicieuse fondue dans un restaurant cosy. Sa situation centrale entre la charmante commune de Beuil et la non moins ancienne commune de Guillaumes permet de combiner en une journée les rouges Gorges du Cians et l’impressionnant ravin du Daluis, le « Colorado » niçois, avec une excursion dans le parc naturel régional des Préalpes d’Azur. Avec la première vague de canicule qui s’annonce, une escapade vers la mer Méditerranée, à moins de 50 km de Nice, est tentante.

Du soleil, du soleil et (bon sang) encore du soleil!

Nous nous ravisons et c’est ainsi que nous nous retrouvons en fin d’après-midi à chercher un peu d’ombre dans les ruelles étroites de la petite ville fortifiée d’Entrevaux. Nous échappons aux touristes qu’un bus vient de déverser. Une petite terrasse à l’ombre de l’église fortifiée nous semble une meilleure idée qu’une promenade sur les pentes abruptes qui mènent à la forteresse Vauban. Cette quête de la tranquille nous vaut le sacrifice de la vue magnifique sur la petite ville en contrebas et sur le Var qui serpente dans le paysage montagneux de Haute Provence.

Mais nous faisons le plein de jolies vues le lendemain, tandis que nous quittons le Mercantour en empruntant le col des Champs et celui d’Allos. Nous arrivons en début d’après-midi dans la petite ville haute en couleur de Barcelonnette, véritable joyau de la vallée de l’Ubaye. La « Petite Barcelone » a été fondée en 1231 par le comte de Barcelone, qui était aussi le comte de la Provence. Les villas mexicaines attirent notre attention lorsque nous déambulons dans les rues. Au XIXe siècle, de nombreux habitants de la vallée étaient partis au Mexique, où une centaine d’entre eux a fait fortune dans l’industrie textile et entendait bien le montrer en rentrant au pays. Même les tombes du cimetière sont remarquables !

Le parc national des Écrins : la Nature dans toute sa splendeur

Plus morts que vifs, nous passons toute la journée du lendemain à fondre lentement sur la terrasse d’un établissement du petit village montagnard de Vallouise. Il est vrai que nous avons derrière nous un trajet palpitant sur le col particulièrement raide et étroit de Pontis, sur les hauteurs du lac artificiel de Serre-Ponçon. Ajoutez à cela la densité du trafic sur la N94 (la Via Domitia était déjà une artère importante à l’époque romaine) et le thermomètre en ébullition et vous comprendrez aisément notre coup de chaleur. Un cornet de glace nous requinque bien vite. Curieux de découvrir l’univers blanc du massif des Écrins, nous décidons de clôturer la journée par une balade rafraîchissante à l’extrémité de la vallée.  

Pas de moto, mais de la rando à l’état pur pour notre dernière journée dans les Alpes. Avec des sommets culminant à plus de 4 000 mètres, le parc national des Écrins est le plus méridional des Alpes (dont pas moins de 150 sommets culminent à plus de 3000 mètres). La Barre des Écrins, où nous grimpons avec notre guide, fut pendant longtemps le sommet le plus élevé de France, jusqu’à ce que la Savoie (et son mont Blanc) soit annexée par les Français en 1860. Sous un soleil tropical, nous prenons conscience que l’avenir n’est pas rose pour les glaciers. Le glacier Blanc ne manque toutefois pas de nous impressionner, lui qui endure l’ensoleillement le plus important sur les flancs de la Barre des Écrins. D’aucuns affirment que tous les glaciers auront disparu en 2100. Cela vous laisse encore un peu de temps pour admirer cette merveille de blancheur !

Nous repartons comme nous sommes venus, en recherchant une dernière fois les hauteurs à la citadelle Vauban de Besançon. Le plat pays ne tarde pas à s’étendre devant nous. Et la canicule ? Elle nous poursuit jusqu’à la maison…  

Plus d’infos

www.bourgognefranchecomte.com

www.hautes-alpes.net

www.alpes-haute-provence.com

www.cotedazurfrance.fr

www.rendezvousenfrance.be

Où séjourner

www.hoteldefrance-ornans.com

www.hotel-vauban-briancon.com

www.leschaletsduvillard.fr

www.lamaisonduguil.com

www.azteca-hotel.fr

www.aufildelonde.fr

www.hotel-lesauvage.com

 

 

Texte : Kris Van der Stockt

Photos : Eileen & Kris Van der Stockt

Articles les plus consultés

Initiation off-road : une nouvelle expérience (27846)

Lire la suite

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (26099)

Lire la suite

Le Salon 2018 : Entrez dans le monde des deux-roues motorisés et des motocyclistes (8631)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (8228)

Lire la suite

Prime pour les motocyclettes et les cyclomoteurs électriques (7001)

Lire la suite

Deux-roues motorisés : moins de temps dans les files, moins d’impact sur l’environnement (6383)

Lire la suite

  • suzuki
  • guzzi
  • mash
  • sym
  • mbk
  • tgb
  • victory
  • boom-trikes
  • harley-davidson
  • yamaha
  • lml
  • can-am
  • royal-enfield
  • kawasaki
  • bmw
  • triumph
  • cfmoto
  • derbi
  • peugeot
  • piaggio
  • neco
  • skyteam
  • zero
  • honda
  • aprilia
  • vespa
  • turbho
  • orcal
  • polaris
  • ligier
  • gilera
  • indian-motorcycles
  • ksr-moto
  • fb-mondial
  • brixton
  • tomos
  • cagiva
  • ducati
  • beta-motorcycles
  • husqvarna

Ne ratez rien de l'actualité moto en Belgique !

Inscrivez-vous à la newsletter de moto.be

Comment m’informer sur l’utilisation de mes données et me désinscrire ?