Scooter ou moto 125 cc : une solution de mobilité, y compris avec un permis B

Ces dernières semaines, le trafic a une fois de plus été sérieusement ralenti durant les (longues) heures de pointe. En cause : des réparations urgentes au tunnel Kennedy, des travaux d’entretien de longue durée au tunnel Léopold II, un camion-grue venu percuter une file de véhicules sur l’E34… Pour les détenteurs d’un permis B, une moto ou un scooter de 125 cc constitue un moyen de transport très accessible pour circuler plus rapidement aux heures de pointe. L’usager qui souhaite enfourcher ce type de deux-roues doit toutefois posséder son permis depuis deux ans au moins.

 

Dans notre pays, les motos et scooters de 125cc représentent depuis plusieurs années déjà quelque 30 % des immatriculations des nouveaux deux-roues motorisés. Si les motos légères et les scooters sont si populaires, c’est parce que les détenteurs d’un permis B peuvent aussi les conduire sans devoir obtenir de permis A. Cette possibilité, qui avait été introduite en mars 1998 grâce à une initiative européenne, est toutefois soumise à certaines conditions : il faut être en possession du permis B depuis au moins deux ans, la puissance du scooter ou de la moto de 125 cc ne peut pas dépasser 11 kW ou 15 ch et les personnes qui ont obtenu le permis B après janvier 2011 doivent obligatoirement suivre quatre heures de formation (sans examen toutefois).

 

Solution

Ces scooters ou motos de 125 cc sont l’une des solutions qui peuvent contribuer à décongestionner nos routes durant les heures de pointe. En effet, une moto ou un scooter permet de remonter les files de voitures pour autant que la vitesse du trafic ne dépasse pas 50 km/h. Au-delà de cette vitesse, le conducteur de la moto ou du scooter doit se réinsérer dans la circulation. « Un scooter ou une moto de 125 cc fait partie intégrante des solutions de mobilité. Il permet littéralement de se déplacer de porte à porte », déclare Stijn Vancuyck, conseiller deux-roues motorisés de FEBIAC, la Fédération belgo-luxembourgeoise de l’Industrie automobile et du Cycle. Autre avantage d’un deux-roues motorisé : il se gare aisément, souvent même devant la porte.

 

Coûts réduits

Une 125 cc présente encore d’autres atouts. Grâce à son poids réduit et sa faible largeur, une moto ou un scooter est maniable et se faufile parfaitement dans la circulation urbaine. Le prix d’achat d’une 125 cc est intéressant : de moins de 2.000 euros à 4.000 euros. Sans oublier les faibles coûts de tous les jours : la taxe unique de mise en circulation est d’application, mais en dehors de cela, ce type de véhicule est exempté de taxe de circulation et les frais de carburant sont limités (la plupart des 125 cc parcourent 100 km avec 3 litres d’essence à peine, voire moins). Les avantages fiscaux s’appliquent aussi aux 125 cc : déductibilité de 100 % des coûts liés aux déplacements professionnels et aux trajets domicile-lieu de travail en deux-roues motorisé (achat, essence, assurance, vêtement…).

 

Atout électrique

L’acquisition d’une moto ou d’un scooter électrique permet de récupérer 15 % du prix d’achat (3.010 € max.) par le biais de la déclaration d’impôt. Les autorités flamandes octroient en outre une prime à l’achat d’un nouveau vélomoteur électrique (1.500 € ou 25 % max. du prix catalogue) ou un cyclomoteur électrique de classe B, y compris à trois et quatre roues (750 € ou 25 % max. du prix catalogue).

 

Gain de temps

La puissance limitée (11 kW/15 ch) de ces véhicules ne les empêche en rien d’effectuer quelques kilomètres sur autoroute. Dans les embouteillages, la vitesse des usagers est de toute façon limitée et une 125 cc peut parfaitement convenir. Dans un trafic plus calme, elle permet d’atteindre une vitesse de pointe de 90 à 100 km/h. Une 125 cc peut aussi être utilisée pour les déplacements domicile-lieu de travail de 10 à 30 km avec une partie sur autoroute. L’expérience accumulée par FEBIAC montre qu’effectuer le trajet Louvain – Bruxelles (25 km) dans un trafic dense au moyen d’une moto de 125 cc permet de gagner un temps considérable. Pour les trajets plus longs sur autoroute (par exemple Gand – Bruxelles ou Liège – Bruxelles), un scooter ou une moto plus lourde (300 cc ou plus) conviendra mieux. Mais dans ce cas, un permis A est requis.

 

18 ans

Dans la pratique, il faut au moins avoir 20 ans pour prendre la route au guidon d’une 125 cc avec un permis B, et ceci ne vaut que pour la Belgique. Une personne de 18 ans qui souhaite rouler à moto doit d’abord obtenir le permis A1 : il permet de prendre la route avec une 125 cc d’une puissance de 11 kW/15 ch, y compris à l’étranger. Après deux ans, le motard peut passer au permis A2 pour les motos d’une puissance de 35 kW/47 ch. Après deux nouvelles années, il est alors possible de décrocher le permis A. Il n’y a alors plus de restrictions. Pour celui qui commence à rouer à moto à 24 ans, il n’existe plus de système progressif et il peut directement opter pour le permis A « complet ».

 

125 cc : pas seulement des scooters

L’offre sur le marché des 125 cc s’est considérablement étoffée ces dernières années. Alors qu’il y a 5 ans, ce segment comptait à peine 25 % de motos – pour 75 % de scooters –, cette part a grimpé à 35 % en 2017. De très nombreux nouveaux acteurs comme Brixton, Bullit, Mash et Orcal ont su susciter l’intérêt des acheteurs avec des modèles au prix alléchant et au style rétro et attirer ainsi les plus jeunes vers le marché de la moto.

Articles les plus consultés

Initiation off-road : une nouvelle expérience (42943)

Lire la suite

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (27818)

Lire la suite

La conduite à moto récréative est à nouveau autorisée. Les magasins rouvrent à partir du 11 mai (10501)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (9546)

Lire la suite

Le Salon 2018 : Entrez dans le monde des deux-roues motorisés et des motocyclistes (9443)

Lire la suite

Deux-roues motorisés : moins de temps dans les files, moins d’impact sur l’environnement (6972)

Lire la suite

Un scooter électrique « made in Luxembourg » (5760)

Lire la suite

  • triumph
  • honda
  • beta-motorcycles
  • royal-enfield
  • piaggio
  • sym
  • zero
  • tomos
  • gilera
  • skyteam
  • ducati
  • neco
  • mash
  • harley-davidson
  • kawasaki
  • husqvarna
  • can-am
  • indian-motorcycles
  • ligier
  • vespa
  • orcal
  • turbho
  • guzzi
  • ksr-moto
  • lml
  • brixton
  • polaris
  • derbi
  • mbk
  • yamaha
  • suzuki
  • cfmoto
  • peugeot
  • cagiva
  • victory
  • aprilia
  • boom-trikes
  • fb-mondial
  • tgb
  • bmw

Ne ratez rien de l'actualité moto en Belgique !

Inscrivez-vous à la newsletter de moto.be

Comment m’informer sur l’utilisation de mes données et me désinscrire ?