Un hiver bien au chaud sur deux roues

Pour beaucoup, la pratique de la moto et du scooter est réservée au printemps et à l’été. Les perfectionnements apportés aux vêtements et aux accessoires permettent cependant de continuer à profiter des avantages du deux-roues (dans les embouteillages par exemple) pendant la saison froide.

Dès que la température descend, bon nombre de conducteurs de moto ou de scooter ont l’habitude de ranger leur machine pour quelques mois, en attendant le retour du beau temps. Ils renoncent ainsi aux atouts du deux-roues – en particulier la facilité des déplacements dans le trafic aux heures de pointe – durant tout l’hiver. C’est surtout le froid qui les en dissuade – et s’il pleut en même temps, cela n’arrange rien. Pourtant, même en hiver, il n’est pas rare de croiser des motards, tant que la température reste positive et que la chaussée n’est pas couverte de neige ou de verglas.

Mains et pieds
Les mains et les pieds sont les plus sensibles au froid. À basse température en effet, les vaisseaux sanguins se contractent. C’est ce qu’on appelle la vasoconstriction. Le sang reste alors près des organes pour les garder au chaud, au détriment des membres – en particulier des mains et des pieds, qui servent à accélérer, changer de vitesse, actionner l’embrayage et freiner. Stijn Vancuyck, conseiller deux-roues motorisés de FEBIAC (Fédération belge de l’automobile et du cycle), explique : « Lorsque vous avez froid aux mains et aux doigts, la précision des mouvements diminue. »

C’est la raison pour laquelle vous avez besoin d’une bonne protection contre le froid. Il existe plusieurs possibilités : adapter la moto ou le scooter, ou porter une tenue spéciale. Les motos modernes proposées dans une gamme de prix plus élevés (surtout les modèles touring) sont aujourd’hui équipées de série de poignées chauffantes, voire d’une selle chauffante. On trouve aussi des kits de chauffage des poignées chez les fabricants d’accessoires. Les protège-mains (normalement destinés à la conduite tout-terrain) arrêtent aussi le froid, dans une certaine mesure. Un pare-brise est encore plus efficace, non seulement contre le vent froid, mais aussi en cas de pluie. L’équipement standard des motos touring et des enduros de voyage comprend déjà un pare-brise et des éléments aérodynamiques. Quant aux scooters modernes, ils se rapprochent des motos avec carrosserie. Celle-ci protège le conducteur de la pluie et du vent, au niveau du haut du corps comme des jambes. Par mesure de sécurité, vous pouvez aussi opter pour le couvre-jambes, un accessoire que les conducteurs de scooter utilisent volontiers l’hiver. Le couvre-jambes s’attache à hauteur de la ceinture. Les parties latérales, lestées pour ne pas flotter, descendent jusque devant les pieds. On voit de temps en temps ces accessoires sur les routes belges.

Tenue vestimentaire adaptée
Actuellement, on trouve dans le commerce un large assortiment de vêtements moto adaptés aux conditions hivernales (vestes, pantalons, gants, bottes). Depuis quelques années par exemple, il existe des gants avec éléments chauffants intégrés, qui fonctionnent sur piles rechargeables ou qui sont reliés à la batterie du véhicule. En ce qui concerne les vêtements, les motards profitent aussi des évolutions techniques observées dans le secteur des sports de plein air et de montagne, déclare Luc Rigaux, directeur de Richa, marque belge de vêtements moto. Des tissus légers, isolants et respirants ont été mis au point pour les adeptes de ces activités. « En montagne par exemple, les fluctuations de température sont très importantes et l’on ne peut pas changer de veste comme on veut », poursuit Luc Rigaux. Dans les vêtements moto, des textiles comme Thinsulate et Thermolite régulent la température, tandis que le Gore-tex repousse l’humidité à l’extérieur (rien de pire que des gants mouillés et un vent glacial). Ces matières sont intégrées au vêtement (Gore-tex propose par exemple des membranes complètes en forme de gants ou de bottes). Elles peuvent aussi se porter sous la forme d’une mince couche supplémentaire, en-dessous des vêtements moto ordinaires.

Être vu
Chez Richa, on constate que les conducteurs de scooter en particulier sont de plus en plus nombreux à rouler toute l’année pour éviter les embouteillages. Stijn Vancuyck (FEBIAC) conseille à ceux qui utilisent leur deux-roues en toutes saisons de privilégier encore plus les vêtements ou les accessoires réfléchissants. L’hiver en effet, les déplacements domicile-travail se font souvent dans une semi-obscurité, aussi bien le matin que le soir.

Articles liés

FEBIAC plaide pour des mesures en faveur des motos

Lire la suite

Le 19 juin, rendez-vous au travail à moto et à scooter

Lire la suite

Le 19 juin, rendez-vous au travail à moto et à scooter

Lire la suite

Articles les plus consultés

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (25412)

Lire la suite

Le Salon 2018 : Entrez dans le monde des deux-roues motorisés et des motocyclistes (8158)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (7473)

Lire la suite

Initiation off-road : une nouvelle expérience (7471)

Lire la suite

Deux-roues motorisés : moins de temps dans les files, moins d’impact sur l’environnement (6108)

Lire la suite

Prime pour les motocyclettes et les cyclomoteurs électriques (5562)

Lire la suite

  • indian-motorcycles
  • cfmoto
  • suzuki
  • turbho
  • peugeot
  • can-am
  • guzzi
  • brixton
  • ducati
  • royal-enfield
  • boom-trikes
  • bmw
  • vespa
  • fb-mondial
  • beta-motorcycles
  • victory
  • aprilia
  • orcal
  • cagiva
  • lml
  • piaggio
  • ksr-moto
  • triumph
  • yamaha
  • mbk
  • ligier
  • skyteam
  • honda
  • polaris
  • zero
  • kawasaki
  • neco
  • tgb
  • sym
  • mash
  • gilera
  • derbi
  • tomos
  • husqvarna
  • harley-davidson

Ne ratez rien de l'actualité moto en Belgique !

Inscrivez-vous à la newsletter de moto.be

Comment m’informer sur l’utilisation de mes données et me désinscrire ?