Votez pour votre Harley-Davidson préférée pour “The Battle of the Kings”

Vous pouvez voter  pour “The Battle of the Kings” 2017. Les votes se clôturent le 14 février. “The Battle of the Kings” est la plus importante compétition de personnalisation en Europe. Il ne reste que quelques semaines pour voter pour votre machine préférée. Pour plus d’informations, ou pour voter, sur le site web dédié.

Au total 191 concessionnaires Harley-Davidson®, répartis dans 21 pays, participent à “The Battle of the Kings” 2017. Vous pouvez trouver tous les renseignements nécessaires sur : www.hd.com/battleofthekings, y compris les galeries photos des éditions des deux années précédentes. Une véritable source d’inspiration pour ceux qui veulent créer leur propre “Custom King” via leur concession officielle la plus proche. Vous votez en ligne pour votre machine préférée. Les résultats seront compilés et les gagnants de chaque régions/pays seront alors jugés par un jury d’experts lors de l’EICMA de Milan en novembre prochain. Ce concours rassemble tous les incroyables talents prêts à répondre aux demandes des clients des concessions Harley-Davidson® et présente également un large éventail des pièces et accessoires officiels du catalogue Dark Custom® de chez Harley-Davidson®.

Les concessionnaires sont mis au défi de créer une machine 100% légale sur base de n’importe quelle modèle Dark Custom Sportster®. Un strict budget de personnalisation de 6.000 euros (HTVA) est permis.

Pour le Benelux, ce n’est pas moins de 7 concessionnaire qui participent aux concours “The Battle of the Kings”. En Belgique, c’est : H-D Flandre occidentale, H-D Mons, H-D Namur et H-D Bruxelles-Capitale. Pour les Pays-Bas : H-D Rotterdam, H-D-Big Rivers et H-D MotorSaloon. Les clients sont inviter à rendre visite à leur dealer local afin de créer leur propre “Custom King”

La gamme des motos Dark Custom comprend les modèles : Street® 750, Iron 883 ™, Forty-Eight®, Street Bob®, Fat Bob®, Low Riders S® et Roadster ™.

Photos: Thierry Dricot

West-Flanders Harley-Davidson
C’est depuis 2008 que Wesley Mahieu a pris la tête de la concession de West-Flanders. Passionné de Harley depuis presque 20 ans, il s’est entouré de fans de Harley pur jus comme Nico et Philiep. Leur enthousiasme et leur expérience les ammènent à construire des motos pour eux (qu’ils revendent ensuite), mais toujours avec cet esprit « oldschool » un peu rugeux. Ils se moquent un peu des préjugés et sont prêts à relever les défis les plus insolites. L’année dernière, ils avaient présentés une machines orientée « chopper ». Pour cette année, changement complet de direction pour ce Cafe Racer magnifique sur une base 48. Une inspiration toute droite issue des années ’70, époque glorieuse de AMF dont les couleurs sont reprises pour la décoration de cette machine. Les « codes » du Cafe Racer sont bien là, avec ce gros phare et ce garde-boue avant chromés, ces commandes reculées et cette selle minimaliste. Une moto qui se permet un clin d’œil à lamouvance actuelle avec ses gros pneus.
« Une telle moto va certainement attirer une clientèle jeune autant qu’une clientèle déjà acquise à notre marque. Cette moto va dans la direction actuelle de la belle customisation, accessible et avec des références à l’histoire de la marque. Le côté sportif pourra également séduire ceux qui croient encore que Harley rime avec seulement frime. D’un côté les nostalgiques et de l’autre ceux qui se reconnaissent dans cette évocation moderne du Cafe Racer » raconte Wesley.
« Nous avons employé des pièces officielles comme le réservoir, la RAIL collection engine, le guidon, les poignées, le phare et le rétroviseur. J’ai employé un mélange de la collection RAIL entre les parties chromées et noires afin de garder une unité entre ces parties comme l’échappement par exemple ». « Je suis sûr que cette moto ne restera pas longtemps en concession, sinon, c’est moi qui roulerai avec » !

Harley-Davidson Namur
Ouverte en avril 2016, la concession de Namur est l’une des plus récentes du réseau Benelux. Avec 6 personnes employées et son Chapter très actif, elle représente un point clé de l’activité de la marque dans le sud-est de la Belgique. C’est Fabrizio Bavilacqua qui nous reçoit. Responsable de la concession, Fabrizio n’est pas le dernier à monter sur sa FatBoy afin d’accompagner le Chapter dès qu’il le peut.
C’est sous l’impulsion d’un client (Pierre Dumont) que le projet a pris forme. Pierre voulait une machine spéciale pour faire des balades avec son fils. Une moto unique avec un style « cool » comme un Bobber ou un Scrambler. Erwan Deffoin (mécanicien de la concession et chef de projet) a alors proposé à Pierre une machine inspirée du film « La grande évasion » avec Steve McQueen. Une sorte de scrambler urbain. Le client voulait quelques points clés qui ont du être respectés, comme la peinture vieillie, le drapeau US et le numéro 69. Erwan a confectionné une nouvelle boucle arrière de cadre afin d’accueillir la nouvelle selle et a soigneusement choisi dans les accessoires, ceux qu’il allait proposer à Pierre. Ce dernier était très enthousiaste à l’idée de participer au concours.
L’Iron devait rester reconnaissable, mais aussi unique. Son nom ? La « Wild Bullet ». C’est un peu ce qui se dégage de cette production qui sent bon le sable et les balades hors des sentiers battus.
Depuis qu’elle est exposée dans le show-room, elle aurait déjà pu être vendue plusieurs fois. « Le fait de réaliser de telles motos booste une concession et permet aux clients de venir proposer leurs rêves les plus fous », nous explique Fabrizio. « Nous espérons vraiment pouvoir réaliser d’autres motos particulières afin de montrer ce dont nous sommes capables ! »
Erwan Deffoin a un parcours particulier. Sa formation en dessin architectural ne le destinait pas vraiment au monde de la moto. Mais, la passion était la plus forte. Afin d’être performant, il a suivit un an de formation en mécanique, une autre année au Campus de Spa Francorchamps en compétition moto et enfin, un an de soudure. Il pouvait enfin mettre sa créativité en avant avec de solides bases mécaniques. Au quotidien, Erwan roule sur une Buell XB12…

Harley-Davidson Capital Brussels

Ronald Bernaerts est un nouveau venu dans le monde de la moto. Passionné depuis toujours, c’est à 45 ans et après une longue carrière dans le management, qu’il a pris la place de manager de la concession Capital Bruxelles depuis novembre 2016. C’est donc assez tard que la décision de participer à « The Battle of the Kings » a été prise. Décision qui s’est jouée pendant le lunch que l’équipe a pris l’habitude de prendre ensemble.
Autant Ronald que l’ensemble de l’équipe voulait se tourner sur un projet ayant ses repères dans l’histoire de la marque et de la moto. La direction allait vers un style « old school »/Bobber. Ce type de motos dépouillées sont apparues dès l’après-guerre. Une époque où les machines étaient assemblées avec ce qu’il restait des motos abandonnées après le conflit. Il est devenu assez vite évident que la Forty-Eight Dark Custom allait constituer la base idéale. Une moto dont le nom est tiré du réservoir « peanut » de 1948.
« Nous avons voulu mettre plusieurs clins d’œil en rapport au nom du concours. La couronne est devenue le dénominateur commun. On la retrouve comme bouchon de réservoir, comme capuchons de valves sur les pneus et dans le graphisme du réservoir. Il faut noter que la peinture n’est est pas une, puisqu’il s’agit d’un vinyle placé sur la peinture d’origine. Cela permet de revenir en arrière, mais aussi de pouvoir proposer au client d’apposer son propre graphisme sur sa moto.
Le brainstorming entre mécaniciens, accessoiristes et vendeurs aura fait naître le projet en deux à trois heures. Une fois les pièces réceptionnées, le montage aura pris quand à lui deux jours.
Nous sommes certains que les solutions adoptées pour faire cette machine nous permettrons d’intéresser un grand nombre de clients. D’autant plus que la Forty Eight est une machine que tous les clients transforment » nous dit Ronald !
Les pièces suivantes ont été employées : Racetuner et filtre screaming eagle, selle, kit complet de caches moteur, culasse, carter poulie de transmission, derby et poincover de la série RAIL. Câbles bougies sreaming eagle et les extensions câbles pour guidon.

Harley-Davidson Mons

C’est la famille Bevilacqua qui est aux commandes de la concession de Mons. “Nous sommes animés de la même passion depuis des années et nous voulons la transmettre dans nos réalisations” nous explique Alex Belivacqua. “Fabian Giordanno (Zaddig), le responsable du projet, rejoint notre volonté de transmettre cette passion dans le projet que nous présentons cette année sous le nom de “Balboa”. Un Café Racer musclé qui renforce encore l’aspect bestial de Harley Davidson. Une machine “bodybuildée” qui donne directement envie de s’asseoir dessus et de partir rouler. Une grande partie du temps consacré à cette moto fût la recherche du dessin, de la bonne ligne pour affirmer vraiment ce que nous avions en tête. Nous voulions prouver que l’on pouvais transformer radicalement un modèle tout en restant fidèle à la marque et au “Sporster”. Les canons sont bien là, mais aussi une ligne qui interpelle ceux qui ne sont pas encore conquis par Harley-Davidson.”
” Nous avons limité le nombre de pièces en démontrant que stratégiquement, il était possible de changer complètement un modèle sans lui enlever son ADN. C’est au final, une moto dont on prend plaisir à expliquer ses caractéristiques lorsque quelqu’un vous interpelle dans la rue, sur un parking ou lors d’une balade. Cette machine fait sensation dans la concession et sera certainement une vrai succès pour 2017 !”

Articles les plus consultés

Initiation off-road : une nouvelle expérience (44098)

Lire la suite

Un cyclomoteur sur deux n’est pas encore immatriculé (28586)

Lire la suite

La conduite à moto récréative est à nouveau autorisée. Les magasins rouvrent à partir du 11 mai (11362)

Lire la suite

Non, les motards ne gênent pas les transports en commun sur les voies réservées aux bus (10287)

Lire la suite

Le Salon 2018 : Entrez dans le monde des deux-roues motorisés et des motocyclistes (9812)

Lire la suite

Scooter ou moto 125 cc : une solution de mobilité, y compris avec un permis B (9432)

Lire la suite

Deux-roues motorisés : moins de temps dans les files, moins d’impact sur l’environnement (7278)

Lire la suite

  • brixton
  • mash
  • can-am
  • royal-enfield
  • victory
  • suzuki
  • orcal
  • tomos
  • fb-mondial
  • peugeot
  • ksr-moto
  • zero
  • triumph
  • turbho
  • boom-trikes
  • bmw
  • gilera
  • aprilia
  • tgb
  • derbi
  • polaris
  • harley-davidson
  • ligier
  • vespa
  • piaggio
  • honda
  • skyteam
  • cagiva
  • indian-motorcycles
  • mbk
  • sym
  • yamaha
  • lml
  • kawasaki
  • neco
  • beta-motorcycles
  • guzzi
  • cfmoto
  • ducati
  • husqvarna

Ne ratez rien de l'actualité moto en Belgique !

Inscrivez-vous à la newsletter de moto.be

Comment m’informer sur l’utilisation de mes données et me désinscrire ?